Terrorisme : les femmes à barbe dans le collimateur

Untitled-1

« Je n’ai jamais vu ça, gojat ! ». Hortense COLLIER, 82 ans, vit à Morcenx (40) depuis sa prime enfance. Dès le plus jeune âge, elle arborait un système pileux bien plus développé que ses petites camarades. Depuis les attentats, elle vit un véritable drame. « Je ne peux plus sortir dans la rue sans que les gens me regardent d’un drôle œil, ou s’écartent sur mon passage. Hier, un client du VIVAL a même appelé la police ! Vous vous rendez compte ! ».

Pour Hortense, comme pour beaucoup de femmes dans sa situation, cette suspicion permanente est un véritable calvaire. Sortir de chez soi devient une gageure, beaucoup préfèrent désormais se faire livrer baguette et Sud-ou-Est du jour sans avoir à franchir leur porte. « Et c’est de pire en pire ! Imaginez s’ils votent le Patriot Act ! Non, mais, dites moi, que vais-je devenir ? ». Pour Hortense, et plus que jamais, notre rédaction invite l’ensemble de ses lecteurs à se mobiliser contre les amalgames de tout poil.

Par notre correspondant, Geoffroy Saint-Hilaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>