Bordeaux: des dizaines de milliers de personnes attendent toujours l’ouverture des bureaux de vote

Énorme cafouillage de la Municipalité ? Grave mésentente au sein des services municipaux ? La Mairie n’avait toujours pas donné d’explication, ce matin, mais les faits sont là : hier, alors que toute la France se rendait aux urnes, les bureaux de vote de la capitale girondine sont restés désespérément clos, causant l’apparition d’immenses files d’attente aux quatre coins de la ville.

file_bordeaux

Dans toute la ville, des dizaines de milliers de personnes patientent depuis hier devant les bureaux de vote

Bernard Magret, 54 ans, campe depuis hier devant son bureau de vote. « Je suis arrivé parmi les premiers, dimanche matin vers 7h environ » nous confie-t-il. « Depuis, j’attends. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Pourtant, Alain a été désigné par l’Express Meilleur Maire de France ! Qu’est-ce que c’est que ce bazar ? Heureusement, j’ai récupéré une vieille tente de quand j’étais scout, et ma femme m’a amené la popote, pour manger un bout. ». Comme Bernard, ils sont plusieurs dizaines de milliers à attendre, plus ou moins patiemment, l’ouverture de leur bureau de vote.

Deux jeunes tourtereaux, Paul et Virginie,cheveux au henné, oreilles percées, semblent assez détendus : « Par chance, on a un car Volkswagen garé juste devant le bureau. On a pu dormir dedans cette nuit,à tour de rôle, pour attendre de voir s’ils vont enfin se décider à ouvrir. Nous, on veut juste voter, vous savez… ».

Hier soir, les pompiers et différents services d’intervention sont passés devant les bureaux pour fournir couvertures et boissons chaudes. Ce matin, des cannelés ont même été distribués, sur réquisition du préfet, pour tenter de calmer des esprits qui commençaient à s’échauffer, après une longue nuit passée dehors.

« Malgré tout, l’on ne peut que souligner le sens civique de ces Bordelaises et Bordelais qui sont prêts à braver la nuit et le froid pour accomplir leur devoir de citoyens », nous confie, admiratif, ce même préfet. « Dès à présent, sachez que je mets en branle tous mes services, pour essayer d’apporter un peu de lumière sur cette affaire. Dans la journée, je ferai un communiqué pour informer les Bordelaises et Bordelais de ce qu’il convient de faire. D’ici là, je les exhorte à encore un peu de patience ».

La rédaction de Sud-ou-Est? restera elle aussi mobilisée toute la journée, pour essayer d’informer ses lecteurs sur l’évolution de la situation.

 

Par notre correspondant à Bordeaux, Thomas Cruse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>