Ice bucket challenge : un drame évité de justesse à Sarlat (24) 

Une fois n’est pas coutume, l’actualité nous éloigne de nos chères Landes pour nous conduire au cœur du Périgord noir, du côté de SARLAT (24) où ce week-end, la mode du “ice bucket challenge” (NDLR : sorte de revival du jeu de l’ABC du club Dorothée, consistant à renverser sur soi un seau plein d’eau glacée) a failli faire une victime en la personne de Jacky CASTANT, agriculteur dont les canards gras ont fait la renommée.

ICE-BUCKET-CHALLENGE-2

Le challenge du seau d’eau glacé aurait pu bien mal tourner pour Jacky Castant

Sa femme Simone nous relate brièvement les faits : « Après avoir nourri les bêtes samedi matin, mon Jacky, parti acheter le pain et le journal, s’est arrêté vers 8h30 pour s’en jeter un au bar des Sports. En arrivant à la maison vers 10h, il semblait complètement excité et s’est enfermé dans son atelier ».

C’est en découvrant dans les pages de la presse régionale la pratique du ice bucket challenge que Jacky aurait lancé à Patrick GARCIA, autre habitué du bar des Sports, le défi d’en faire de même ! Revenu chez lui, il a ainsi confectionné un joli portique, mais grisé par l’envie de gagner et les quelques ballons de MONBAZILLAC offerts par Patrick, il a fini par confondre la bassine d’eau froide avec celle dans laquelle il stocke la graisse de canard destinée à la mise en conserve des confits !

Simone évoque alors l’incroyable déconvenue : « Je suis revenue avec la Caméra super 8 que Jacky m’a offerte pour nos dix ans de mariage en 1978. J’avais à peine commencé à filmer que Jacky a tiré sur la corde. Et là, milédiou, il s’est retrouvé avec de la graisse dans les cheveux et plein la parpaille (NDLR : la chemise en dialecte périgourdin). Il avait les cheveux encore plus gras que son copain Patrick ! ».

Alertés, les secours sont parvenus à prévenir le risque d’asphyxie et ont prévu de diffuser une campagne d’information sur les risques du ice bucket (hydrocution notamment). Reconnaissant, le bon Jacky a décidé de son côté d’offrir une douzaine de conserves de canards gras à la caserne des pompiers pour les fêtes de Noël !

 

De notre envoyé spécial en Dordogne, André SALLAFRANQUE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>