Inondations : un Landais de Peyrehorade boit de l’eau pour la première fois

« Oh antchoubi, ça m’a foutu une bonne bugne derrière la nuque, cette couillonade !  » Pascal CAGASTENS ne se remet toujours pas de la mésaventure qui lui est arrivée hier au soir.

1441381_4031346_800x400

La pire crue depuis 1952.

« Après un petit repas avec ma femme Martine, je suis allé boire un coup vers 15h30 avec deux trois copains du village chez le fameux Dédé la Garbure, qui marche au rouquin dès midi et qui n’est pas le dernier à sortir le carafon », nous raconte le malheureux Cagastens. « Tout à notre discussion sur le nouveau trois-quart du Peyrehorade Pays d’Orthe Rugby Club , on a pas fait gaffe que, dehors, il pleuvait comme vache qui pisse « . En effet, les intempéries avaient provoqué des crues, et le gave dépassait les 6 mètres, chose jamais vue à Peyrehorade depuis 1952 d’après le maire Alain CYBERCHICOT.

« A 18h, Dédé la Garbure nous a sorti une huitième bouteille de Château PEYRAT, un bon petit Tursan qui, je ne sais pourquoi, me fait monter la larme à l’oeil. On a continué à parler de choses et d’autres, puis est arrivée l’heure de rentrer au bercail. »

 

C’est là que le drame, qui allait marquer à jamais la vie de Pascal Cagastens, s’est joué : « J’ai salué tout le monde à la Cantonna, et je me suis dirigé vers la porte. Hilh de pute ! Si j’avais su je serais resté chez Dédé m’en jeter un dernier dans le gosier ! J’ai ouvert la porte, et là, au lieu de mettre comme d’habitude le pied sur un sol plus ou moins ferme, j’ai senti un liquide inconnu, et je suis tombé dedans de tout mon long. »

Le liquide que Pascal CAGASTENS ne parvenait pas à identifier était de l’eau, le gave s’étant engouffré dans tout le vieux centre de Peyrehorade. « Une fois dedans, je ne savais plus quoi faire ! Et quand j’ai senti ce truc franchir mes lèvres, j’ai cru ma dernière heure venue ! » Par chance pour Pascal, un pompier, qui avait déjà vu de l’eau au cours d’un exercice à Bordeaux, lui cria que ce breuvage était potable, et parvint par la même occasion à lui faire regagner la terre ferme.

Le valeureux pompier ramena Pascal chez lui. « Le con, il a bu de l’eau ! C’est la première fois que ça lui arrive ! J’ai bien cru que je ne le reverrais jamais, ou alors, pas en bon état » nous confie Martine, sa femme, émue, et si heureuse de voir son Pascal sain et sauf.

Emmené en observation à l’Hôpital Saint Anne de Mont-de-Marsan, les médecins se montrèrent optimistes : « Oui, il a bu environ 8 centilitres d’eau » nous confie le Docteur Cigoubeyre, mais il devrait se remettre rapidement. Quant aux séquelles à long terme, comme c’est un incident rarissime vers chez nous, on ne dispose pas encore des données qui nous permettraient d’en juger avec le recul suffisant. Je croise les doigts. »

En signe de solidarité pour Pascal, une soirée est organisée au bar « La Digue brisée« , demain mardi à 20h30.

 

De notre envoyé spécial sur le front des crues, Didier Barbelivenx

 

 

7 pensées sur «Inondations : un Landais de Peyrehorade boit de l’eau pour la première fois»

  1. Pingback : Le sens du pastiche décapant à la sauce Sud-Ouest | Le Petit Journal de Nogaro

  2. Pingback : Sud ou Est ? : "l’infaux" type Le Gorafi prend l’accent provincial

  3. Alain CYBERCHICOT, vous êtes sûr de l’orthographe, je ne crois pas, vérifiez ? sinon il aurait été en avance sur son temps. Du coup (un de trop), j’avais cru au poisson d’avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>